Archive | October, 2012

[on my iPod] Concrete Knives – Be Your Own King

29 Oct

“Une certaine mélancholie d’une jeunesse non révolue”, “une envie évidente de marquer leur époque”, “la voix d’une génération”… tels sont les propos élogieux qui pourraient ouvrir cette chronique, mais il en sera autrement.

En effet, car bien qu’il s’agisse d’une chronique d’album, il s’agit surtout d’un jeune groupe prometteur et plein d’enthousiasme, et de talent, que j’ai eu la chance de découvrir l’année dernière sur la scène de la Cigale en première partie des Arctic Monkeys. Quand on dit que le hasard fait bien les choses!

Tâche difficile que celle de passer avant un groupe dont le succès et la réputation ne sont plus à faire, dur de débarquer sur scène pour chauffer l’ambiance dans une salle déjà en ébullition, sachant que l’exercice puet se révéler aussi casse-gueule qu’exceptionnel. Et ce jour-là cette bande de cinq potes tout juste débarqués de Caen a débarqué sur scène et a choisi la deuxième option, en rendant l’attente courte avec un set d’exception.

Car oui, les Concrete Knives connaissent la scène, celle des petites salles, et celle des Festivals, où ils réussissent à s’imposer aussi bien en début de journée, comme à Rock en Seine, en 2011, que face à des grosses têtes d’affiche, comme à Solidays, cette année, où ils ont été programmés face aux anglais de Metronomy.

Mais parlons de “Be Your Own King”, le tout premier album du groupe, sorti aujourd’hui chez Bella Union et distribué en France par Cooperative Music France, dont le catalogue est aussi alléchant que prestigieux (Digitalism, Garbage, Phoenix, CSS, Bloc Party, Two Door Cinema Club, c’est eux).

À l’instar de mes groupes français favoris, les Concrete Knives chantent en anglais, ma langue musicale préférée et qui, de mon point de vue, sert à merveille leur musique et leurs textes.

Concrete Knives - Be Your Own King

Ce premier album est l’occasion parfaite pour découvrir le groupe, ou redécouvrir en version studio des titres auxquels le live nous ont familiarisés, comme “Wild Gunman” ou le premier single, “Wallpaper”. C’est aussi une excellente opportunité d’entendre les nouvelles versions des titres comme “Happy Mondays”, “Brand New Start” ou “Greyhound Racing”, déjà présents dans “You Can”t Blame the Youth”, le premier EP du groupe.

Viennent compléter cette liste de vieilles connaissances des nouveaux titres comme “Bornholmer”, qui assume à merveille son rôle de morceau d’ouverture de l’album, “Truth” ou encore “Roller Boggie”, dont l’absence de paroles est compensée par une puissance mélodique sans failles. Mention spéciale, dans cette catégorie “nouveaux venus” à “Africanize” qui semble avoir été écrit en collaboration avec Amadou & Mariam et retouché par The Very Best, ainsi qu’à “Blessed”, qui clôt l’album et dont la mélodie n’est pas sans me rappeller la musique écrite par Michael Andrews pour l’excellente bande originale de “Moi, Toi et tous les Autres” de Miranda July.

Outre leur présence scénique, concentré d’énergie et de joie, outre les petits hymnes pop (dans le sens le plus noble du terme) qui composent “Be Your Own King”, on remarque aussi l’univers graphique sobre, mais non négligé, de leurs pochettes d’albums jusqu’au beau “CCKS” (pour Concrete Knives) sur scène, en passant par les tenues de Morgane Colas, seul élément féminin du groupe.

Des mélodies accrocheuses, des harmonies éfficaces et des rythmes entraînants. “Be Your Own King” est un feel-good album, court mais intense, sans prétention autre que celle de faire danser. A découvrir d’urgence et à redécouvrir impérativement sur scène. Mais pour commencer voici le premier single “Wallpaper”, en version acoustique, en attendant la vidéo officielle qui devrait sortir dans quelques jours.

“I won’t let the night steal and waste my mind !”

>> En concert à la Maroquinerie, à Paris, le 14 novembre 2012.

[remix Sunday] Man Like Me – London Town VIP (Large Joints remix)

29 Oct

Voici Man Like Me, jeune groupe anglais venu de Camden et formé par Johnny Langer et Peter Duffypar, groupe que j’ai eu le plaisir de découvrir grâce à la célèbre DJ et présentatrice irlandaise Annie Mac, dont les compilations annuelles et sélections hebdomadaires constituent une précieuse source de découvertes.

Originallement intitulé “London Town”, ce single a bénéficié d’un mixage revu par le talentueux Mike Skinner (oui, oui celui de The Streets) et a ainsi fini par acquérir le statut de VIP pour une sortie digitale, accompagnée de la batterie de remixes qui vont avec.

Man Like Me - London Town VIP

Des remixes variés, dans des styles différents, mais parmi lesquels on retiendra surtout celui que l’on doit au producteur anglais, DJ, remixeur et collaborateur de Skinner, Mike “Magic” Millrain, qui nous présente ici son remix 2-step sous le pseudonyme de Large Joints.

Serait-ce le son old-school qui semble venir tout droit des années 90? l’accent anglais? le flow? les voix? le rythme efficace du morceau? le nom de la chanson? ou bien simplement le côté cool de l’ensemble? Peu importe, ce qui compte vraiment est le fait que “London Town VIP” et ce remix me mettent de bonne humeur, tout en réveillant le “rappeur” qui someille en moi, et me donnant envie d’enfiler une casquette et d’agiter la tête. Il ne me reste plus qu’à vous inviter tout de suite à faire de même!

[on my iPod] Boys Noize – Ich R U

23 Oct

Que vous soyez QUERTY ou AZERTY, plutôt PC ou MAC, voici une vidéo qui ne vous laissera sans doute pas indifférents.

Il s’agit du clip accompagnant la sortie de “Ich R U”, deuxième single extrait de “Out of the Black”, troisième album du DJ et producteur allemand Alexander Ridha, ou Boys Noize, pour les amis.

Boys Noize - Out of the Black

Un travail monstre, on imagine sans doute, réalisé sous la direction de Patrick Jean et Sebastien Loghman, pour un bel hommage au clavier d’ordinateur qui rejouira sans doute le geek qui est en vous !

[remix Sunday] The Knocks & Fred Falke – Geronimo (Louis La Roche remix)

22 Oct

Aucun lien avec le célèbre guerrier apache, à part peut-être la provenance d’une “partie” de ce morceau, puisque “Geronimo” est le fruit d’une collaboration entre le duo new yorkais The Knocks, formé par Ben “DJ B-Roc” Ruttner et James “JPatt” Patterson, et le producteur et DJ français Frédérick “Fred” Falke.

Si l’on ajoute à l’équation un troisième (quatrième ?) élément, venu cette fois-ci de Norwich, Angleterre, on obtient une version uptempo du morceau remixé par Brett Ewels, mieux connu sous le nom de Louis La Roche.

The Knocks & Fred Falke - Geronimo

En somme, quatre producteurs/remixeurs pour nous donner l’énergie nécessaire pour bien commencer la semaine. Et comme si tout cela n’était pas suffisant, on n’oubliera pas de mentionner le fait qu’il s’agit-là d’une énième livraison de qualité de la Maison Kitsuné, visiblement jamais à court de bonnes découvertes !

“You wanna go to the sky with me ?
Don’t wanna fall to the ground with me…
 
… Oh, oh, Geronimo !”

[on my iPod] Ellie Goulding – Anything Could Happen

16 Oct

Elle a été parmi les premiers artistes à figurer sur ce blog, avec l’excellent remix de “Lights” par le collectif RAC, dont j’étais tombé amoureux.

C’est donc avec grand plaisir, et à l’occasion de la sortie de son deuxième album, “Halcyon”, que je vous présente une chanson d’Ellie Goulding qui m’a charmé au point de tourner dans mon iPod depuis un moment déjà.

Elle a beau être jeune, cette anglaise réussit parfaitement à faire passer une émotion qu’il est difficile de décrire, mais facile à percevoir, avec un timbre de voix très particulier, par moments légèrement rétro (“I know it’s gonna be, I know it’s gonna be…” Cindy Lauper, sors de ce corps!).

Une production sans fautes, une ligne mélodique et rythmique entraînante, une voix parfaitement placée et des paroles mélancholiques, “Anything Could Happen” a tous les ingrédients de mes chansons préférées.

Ellie Goulding - Anything Could Happen

Avant de vous laisser découvrir la chanson, je me permets de vous conseiller également (et fortement) l’écoute de deux autres titres extraits de ce nouvel album, à commencer par la chanson qui lui donne son nom, “Halcyon”, ainsi que “Hanging On”, reprise du morceau d’Active Child, dans sa version avec Tinie Tempah en featuring.

“Yes since we found out
Since we found out
That anything could happen
Anything could happen…
 
Baby, I’ll give you everything you need
I’ll give you everything you need, oh
I’ll give you everything you need
But I don’t think I need you!”

[remix Sunday] The Young Professionals vs. The Echo Friendly – Same Mistakes

15 Oct

Parfois on tombe sur des chansons qui ont du potentiel mais qui, pour une raison ou une autre, ont du mal à éclore. C’est un peu le cas de “Same Mistakes”, premier single du jeune groupe The Echo Friendly, qui nous livre depuis Brooklyn un titre à deux voix, celles de Jake Rabinbach et Shannon Esper, un morceau aux paroles puissantes, mais qui se révèle assez soporifique dans sa version originale.

Heureusement pour nous, Ivri Lider et Johnny Goldstein ont offert à cette chanson un petit lifting, une deuxième vie plus rythmée dont voici le résultat, pour bien commencer la semaine, tout en réfléchissant à nos erreurs passées.

The Young Professionals vs. The Echo Friendly - Same Mistakes

Voici donc Brooklyn vs. Tel Aviv, ou “Same Mistakes” revu et corrigé par The Young Professionals !

“I make the same mistakes,
Feels like I never learn
Always give way too much
For little in return.
 
I haven’t changed a bit,
I’m still not over it
I make the same mistakes…”

[live report] The Vaccines – Album de la Semaine, La Plaine Saint-Denis – 10 octobre 2012

15 Oct

À peine un mois après ma dernière visite au Studio 104 de la Plaine Saint-Denis pour voir The xx, je reviens pour mon tout premier live des anglais de The Vaccines, que je n’avais jamais eu l’opportunité de voir en concert, pour x ou y raisons dont j’ai oublié la nature.

L’Album de la Semaine ? pas un vrai concert, me direz vous, mais détrompez-vous, car même si la configuration reste celle d’un plateau TV, tous les éléments sont réunis pour avoir un mini concert privé de qualité, dans les meilleures conditions de son et lumière, avec de la bonne musique et un public jeune et enthousiaste.

Au menu de ce soir, des titres principalement issus du dernier opus du groupe, le récemment sorti “Come of Age” dont ils viennent assurer la promotion, avec entre autres les singles “No Hope”, qui ouvre tant le concert que l’album, “Teenage Icon”, avec son intro à la Arctic Monkeys (le génie parolier d’Alex Turner en moins) et “I Always Knew”. On retrouve également “If You Wanna”, “Norgaard” et “Blow It Up”, les deux premiers étant des “classiques” du premier album du groupe qui font figure de tubes ce soir. Vient clore le set une reprise acoustique, mais vocalement ratée de “The Winner Takes It All” d’Abba, dont la version studio, plus réussie, fait partie de “Please, Please Do Not Disturb”, EP de reprises que le groupe a offert sur Internet il y a quelques mois.

The Vaccines - Come of Age

Un groupe plutôt en forme, Pete Roberson en moins à la batterie (mais un remplaçant qui assure correctement son rôle ponctuel de batteur pour la promo), avec une garde robe toute en denim, roadies inclus. Et un Justin Young au charme et la gestuelle à mi-chemin entre Damon Albarn et Alex Kapranos (fermez-moi ces yeux que je ne saurais ouvrir davantage!), et même si on peut parfois regreter une extrême simplicité dans les paroles ou les compositions, leur son vintage reste agréable à écouter et se révèle d’une efficacité redoutable lorsqu’il s’agit de réveiller et faire danser le public.

Setlist:
No Hope
Blow It Up
Teenage Icon
I Always Knew
If You Wanna
Weirdo
Bad Mood
Norgaard
-----
The Winner Takes It All

 

Autant vous dire que j’attends avec impatience de les retrouver en novembre, cette fois-ci dans une vraie salle de concert, la Cigale, pour le Festival des Inrocks avec Poliça et Electric Guest.

 

>> Diffusion dans “L’Album de la Semaine” le samedi 27 octobre 2012 à 12h00 sur Canal+ et en concert à la Cigale, à Paris, dans le cadre du Festival des Inrocks le 09 novembre 2012.