Archive | on my iPod RSS feed for this section

[on my iPod] CSS – Dynamite

12 Jun

Deux ans après “La Libéración”, dans lequel on retrouvait des collaborations avec les new-yorkais de Ratatat, l’écossais Bobby Gillespie, de Primal Scream ou encore l’américain Cody Critcheloe, de SSION, c’est désormais sans Adriano Cintra que les brésiliennes de CSS reviennent pour nous présenter “Planta”.

Une nouvelle manière de composer pour le quintet devenu quartet, qui s’est tourné pour la première fois vers les États-Unis pour l’enregistrement de l’album, sous la houlette de Dave Sitek, de TV on the Radio à la production, pour un résultat un peu plus expérimental et moins immédiatement évident que les précédents albums, mais tout aussi intéressant.

CSS - Planta

Moins de collaborations cette fois-ci, avec la participation de Tim Armstrong, du groupe américain Rancid, à l’écriture dans “Hangover”, et surtout (surtout!) celle de Hannah Blilie de Gossip à la batterie sur “Dynamite”.

Un titre punk, rock, spontané et explosif destiné à être le deuxième single tiré du nouvel album, dans lequel on retrouve avec plaisir le talent et l’énergie de cinq amies de longue date, prêtes à tout écraser sur leur chemin. Du break à la guitare acoustique jusqu’à l’omniprésence de la batterie de Blilie sur l’ensemble du morceau, c’est sans aucun doute un des moments forts de l’album, taillé pour le live, tout comme l’excellent “Teenage Tiger Cat”, grrrrrr.

Féministe, gay friendly, déjanté ou simplement amateur de bonne musique, je ne peux que vous inviter à découvrir, si ce n’est déjà fait, l’univers de Lovefoxxx, Luiza, Ana et Carolina, ces brésiliennes hors du commun, et à écouter au plus vite leur nouvel album, “Planta”, sorti hier et dans les bacs partout en France dès lundi prochain, en attendant de les retrouver sur scène dans un futur que l’on espère plus que proche.

À ne rater sous aucun prétexte: “Dynamite” et “Teenage Tiger Cat”, pour le côté rock, “Hangover”, pour le côté déluré, ainsi que “Into the Sun” et “The Hangout” pour le côté pop, les paroles et la voix envoûtante de Lovefoxxx.

Et pour finir, voici la vidéo promotionnelle de “Hangover”, premier single du nouvel album, qui ne pourra que vous donner de danser, comme souvent avec CSS !

“Driving away into the sun.

I’m looking forward, fuck everyone !

Leaving alone, starting a new day,

Into the sun…”

(Into the Sun)

 

>> En concert le lundi 23 septembre au Trabendo.

[on my iPod] Dido feat. Pete Miser – All I See

5 May

Il faut le dire, après pas moins de 5 ans d’absence, le retour de Dido était presque aussi attendu que mon retour sur ce blog après plus d’un mois de silence.

Rassurez-vous, chers lecteurs, en ce mois d’anniversaire (et oui, près d’un an déjà !) de mon blog, je vous promets de continuer à vous présenter avec plus d’assiduité mes coups de cœur, découvertes et expériences live.

Pour revenir à “Girl Who Got Away”, le nouvel opus de l’anglaise, le résultat est plus qu’hétérogène, à l’image des multiples producteurs de l’album.

Des chansons douces comme “No Freedom” ou “Loveless Hearts”, sur lesquelles on retrouve avec plaisir le potentiel mélancholique de la chanteuse, d’autres moins bonnes comme “Let Us Move On” (avec le rappeur Kendrick Lamar), “Sitting on the Roof of the World” ou encore “Girl Who Got Away”, “Blackbird” ou “End of Night” sur lesquelles la touche électro, autrefois réussie, se révèle vite lassante et sans saveur, aussi bien dans la musique que dans les paroles.

Dido - Girl Who Got Away

Mais ce qui reste difficile à comprendre est pourquoi des chansons comme “Love to Blame”, “Happy New Year”, “Day Before We Went to War” ou encore “Go Dreaming”, qui auraient du être des b-sides figurent sur le tracklisting final alors que des b-sides comme “All I See”, “Let’s Runaway” ou “Just Say Yes” et “Lost”, nettement plus abouties, ne se retrouvent au final que sur le CD bonus.

A propos de “All I See”, produite par Dido, son frère et acolyte Rollo Armstrong et le DJ, producteur et rappeur américain Pete Miser, que l’on retrouve en featuring sur ce morceau, il s’agit à mon goût de la meilleure des chansons présentes sur “Girl Who Got Away”. Car bien qu’on soit loin du génie d’Eminem sur “Stan”, la rythmique, la mélodie et le flow de cette chanson en font quelque chose de très intéressant.

Assez parlé, je vous laisse juger par vous mêmes, en vous invitant à écouter, sinon le CD principal, le CD bonus de “Girl Who Got Away” car oui, malgré tout, on écoute encore avec plaisir la beauté de la voix de Dido.

 

>> En concert “très très privé” avec Texas, Foals, Skip the Use et Lou Doillon le 19 mercredi juin à l’Olympia, avec RTL2.

[on my iPod] The Virgins – Flashbacks, Memories and Dreams

9 Mar

Après un premier album éponyme rempli de tubes sorti en 2008, qui les a fait connaître dans le monde, et après un décevant concert l’année dernière à la Cigale pour le festival Jalouse Rocks Paris avec Levi’s, les new-yorkais de The Virgins reviennent sur le devant de la scène avec “Strike Gently”, qui sortira le 12 mars prochain chez Cult Records, le label d’un certain Julian Casablancas.

The Virgins - Strike Gently

Bien que de la bande à Donald Cumming, dans sa version originale, il ne reste plus que lui, l’esprit des compositions reste le même, comme le prouve un premier extrait accrocheur et plus que prometteur dont je vous présente aujourd’hui la vidéo.

Une vidéo old school, onirique et un peu érotique sur les bords, qui nous rappelle cete belle époque où MTV était encore une chaîne musicale. Voici donc, pour le plaisir des yeux et des oreilles, “Flashbacks, Memories and Dreams”

Attention: NSFW…

“Well she dreamed of the silver screen,
but she’s just a scream,
but she’s all in bronze.
You say way better you than me,
but she’s hard to see when the lights come on.
She can dance with the shadow on,
like she’s all alone as the hours pass.
Should she stay for a night or so,
but she’s gotta go like a breath of life…”

 

[on my iPod] The Rolling Stones – Doom and Gloom

1 Feb

“(I Can’t Get No) Satisfaction”, “Under My Thumb”, “Angie”, “Paint it Black”, “Sympathy for the Devil”, “You Can’t Always Get What You Want”, “Miss You”… autant de tubes que d’années de carrière pour un groupe mythique du rock, the Rolling Stones. Et bien que leur parcours soit aussi rempli d’excès que de succès, ils continuent encore de nous surprendre.

Présent aux côtés des tubes précédemment cités ainsi que d’un deuxième inédit, “One More Shot”, sur la compilation best-of “Grrr!” sortie en fin d’année dernière, “Doom and Gloom” est un morceau explosif, plein d’énergie et sur lequel il m’est totalement impossible de m’empêcher de bouger frénétiquement.

The Rolling Stones - Grrr!

Et quoi de mieux pour illustrer l’ambiance de cette chanson qu’une vidéo trash, rock et captivante dans laquelle l’actrice suédoise Noomi Rapace joue l’alter ego endiablé de Mick Jagger, le tout sous la caméra expérimentée du réalisateur, également suédois, Jonas Åkerlund.

Un pilote d’avion, une hôtesse de l’air, une fille boulimique, des zombies, une prostituée, une SDF, un riche magnat, une fille rebelle et un groupe mythique, ou la rencontre explosive de la Suède et l’Angleterre pour un résultat obsédant. Vous êtes prévenus, tenez-vous prêts à danser au rythme de “Doom and Gloom”… grrrrr !

Attention: NSFW…

“What’s it all about?
Does it just reflects my mood?
Sitting in the dirt,
feeling kind of hurt.
All I hear is doom and gloom
and all is darkness in my room.
Through the light your face I see.
Baby, take a chance.
Baby, won’t you dance with me?”

[on my iPod] Flashmob – Need In Me

22 Jan

L’art de savoir sampler, transformer et faire revivre des classiques n’est pas donné à tout le monde. Hélàs quand c’est bien fait, l’effet est immédiat et la musique nous emmène vers la piste de danse, avec un air de déjà vu, parfois en mieux.

C’est exactement ce que Danny et Alessandro, les milanais de Flashmob, ont réussi en revisitant “Don’t Leave Me This Way”, interprété à l’origine par Harold Melvin & the Blue Notes, rendu célèbre quelques années plus tard par Thelma Houston.

Flashmob - Need In Me

Avec un titre directement inspiré des paroles de la chanson, chantées ici par Thelma Houston, “Need In Me” nous plonge directement dans une ambiance house dont la ligne rythmique ne cesse de nous emporter au cœur de la nuit. À écouter de préférence les yeux fermés, casque sur les oreilles !

“Baby, baby, please
come and satisfy the need in me.
Come & satisfy the need in me, baby.
Come & satisfy the need in me.
 
Oh ! I need it, I need your love right now”

 

[on my iPod] Röyksopp – This Space

31 Dec

Tout ce qui commence a une fin, aujourd’hui une année s’achève et ce blog n’a même pas encore fêté son premier anniversaire que l’heure du bilan a déjà sonné: des dizaines d’artistes, des remixes, des chroniques de concert, 93 posts et pas moins de 18 pays représentés.

L’Espagne, l’Angleterre, les États-Unis, la France, le Malawi, le Canada, le Brésil, la Russie, l’Allemagne, la Suède, Israël, l’Australie, le Nigéria, l’Écosse, le Portugal, la Barbade, le Danemark, l’Irlande…

Et alors que des centaines de morceaux différents ont circulé sur mon iPod tout au long de l’année, il en est un qui s’y trouve depuis déjà plus d’un an, qui a résisté au passage du temps et duquel je n’ai jamais réussi à me séparer jusque là.

C’est donc sans surprise que j’ai choisi ce morceau pour illustrer mon 94ème post, qui met à l’honneur la Norvège avec Röyksopp, duo de musique électronique formé par Torbjørn Brundtland et Svein Berge.

Mais dans quelle catégorie placer “This Space”? remix Sunday? brightly sampled? on my iPod?

Sans doute un peu de toutes, puisque ce morceau instrumental, offert par le groupe sur son site web il y a déjà quelques années, prend pour base le “This Space” de Woolfy vs. Projection, sorti en 2008 dans l’album “The Astral Porjections of Starlight”.

La disco en moins, le côté rythmique et mystique en plus, mais surtout la touche personnelle et le savoir faire des producteurs norvégiens pour un résultat qui nous transporte dans un autre espace-temps, entraînant et planant à la fois, à écouter les yeux fermés et en marchant dans la rue, capable de me calmer ou de me donner envie de bouger aussi bien le soir que durant la journée.

Une pépite musicale intemporelle que je partage aujourd’hui avec vous, tout en vous souhaitant une belle année 2013, remplie de bonheur, de réussite et d’expériences musicales, en espérant pouvoir continuer à partager mes découvertes et coups de cœur musicaux avec vous pendant encore très, très longtemps !

 

Bonne année 2013 à tous !!!

 

[on my iPod] John Talabot feat. Pional – Destiny

30 Dec

L’année arrivant à terme, quoi de plus indiqué qu’un morceau extrait d’un album intitulé “ƒin” ?

Le morceau en question n’est autre que “Destiny”, produit 100% d’origine espagnole (bien que chanté en anglais) issu de la collaboration entre le producteur et musicien catalan John Talabot et le DJ et producteur madrilène Pional.

John Talabot - ƒin

Le résultat? un ensemble planant, tout en finesse mais qui ne cesse de gagner en puissance (et aussi quelques percussions) tout au long des 4 minutes et 50 secondes que dure le  morceau.

“You, come get over here
and give me your hands…”

Un album à écouter et une collaboration de qualité, aussi bien en studio que sur scène, tel que le duo l’a prouvé en faisant la première partie des anglais de The xx au Centquatre il y a à peine quelques semaines.

Et puisqu’il paraît qu’à deux, c’est toujours mieux, je vous laisse avec “So will be now…”, deuxième collaboration entre John Talabot et Pional et, accesoirement, dernier morceau de “ƒin”.