[on my iPod] Dido feat. Pete Miser – All I See

5 May

Il faut le dire, après pas moins de 5 ans d’absence, le retour de Dido était presque aussi attendu que mon retour sur ce blog après plus d’un mois de silence.

Rassurez-vous, chers lecteurs, en ce mois d’anniversaire (et oui, près d’un an déjà !) de mon blog, je vous promets de continuer à vous présenter avec plus d’assiduité mes coups de cœur, découvertes et expériences live.

Pour revenir à “Girl Who Got Away”, le nouvel opus de l’anglaise, le résultat est plus qu’hétérogène, à l’image des multiples producteurs de l’album.

Des chansons douces comme “No Freedom” ou “Loveless Hearts”, sur lesquelles on retrouve avec plaisir le potentiel mélancholique de la chanteuse, d’autres moins bonnes comme “Let Us Move On” (avec le rappeur Kendrick Lamar), “Sitting on the Roof of the World” ou encore “Girl Who Got Away”, “Blackbird” ou “End of Night” sur lesquelles la touche électro, autrefois réussie, se révèle vite lassante et sans saveur, aussi bien dans la musique que dans les paroles.

Dido - Girl Who Got Away

Mais ce qui reste difficile à comprendre est pourquoi des chansons comme “Love to Blame”, “Happy New Year”, “Day Before We Went to War” ou encore “Go Dreaming”, qui auraient du être des b-sides figurent sur le tracklisting final alors que des b-sides comme “All I See”, “Let’s Runaway” ou “Just Say Yes” et “Lost”, nettement plus abouties, ne se retrouvent au final que sur le CD bonus.

A propos de “All I See”, produite par Dido, son frère et acolyte Rollo Armstrong et le DJ, producteur et rappeur américain Pete Miser, que l’on retrouve en featuring sur ce morceau, il s’agit à mon goût de la meilleure des chansons présentes sur “Girl Who Got Away”. Car bien qu’on soit loin du génie d’Eminem sur “Stan”, la rythmique, la mélodie et le flow de cette chanson en font quelque chose de très intéressant.

Assez parlé, je vous laisse juger par vous mêmes, en vous invitant à écouter, sinon le CD principal, le CD bonus de “Girl Who Got Away” car oui, malgré tout, on écoute encore avec plaisir la beauté de la voix de Dido.

 

>> En concert “très très privé” avec Texas, Foals, Skip the Use et Lou Doillon le 19 mercredi juin à l’Olympia, avec RTL2.

Advertisements

[remix Sunday] Classixx – Stranger Love (RAC mix)

10 Mar

Aucun doute, les remixes du collectif RAC sont, pour la plupart, des remixes de grande qualité. Mais parmi tous ceux que j’ai pu écouter, mes préférés restent ceux réalisés par André Allen Anjos.

Aujourd’hui je vous en présente un qui figure parmi ceux présents dans la première compilation de remixes du collectif, simplement intitulée “Chapter One”, sortie en fin d’année dernière.

RAC - Chapter One

Le remix en question est celui de “Stranger Love” des américains de Classixx. Un remix tout en légèreté, entraînant et avec une toute petite pointe de nostalgie, idéal pour un dimanche après-midi. Voici donc “Stranger Love”, remixé par André Allen Anjos pour RAC:

 

Et en attendant la sortie prochaine du nouvel EP ainsi que du premier album du collectif chez Cherrytree Records, voici un petit mash-up de Jordan Corey, qui a réussi à mélanger avec succès “Stay” de Rihanna (ou de Mikky Ekko devrais-je dire) avec “Animal” des australiens de Miike Snow, le tout sur un fond de “Stranger Love” de Classixx, à la sauce RAC:

 

[on my iPod] The Virgins – Flashbacks, Memories and Dreams

9 Mar

Après un premier album éponyme rempli de tubes sorti en 2008, qui les a fait connaître dans le monde, et après un décevant concert l’année dernière à la Cigale pour le festival Jalouse Rocks Paris avec Levi’s, les new-yorkais de The Virgins reviennent sur le devant de la scène avec “Strike Gently”, qui sortira le 12 mars prochain chez Cult Records, le label d’un certain Julian Casablancas.

The Virgins - Strike Gently

Bien que de la bande à Donald Cumming, dans sa version originale, il ne reste plus que lui, l’esprit des compositions reste le même, comme le prouve un premier extrait accrocheur et plus que prometteur dont je vous présente aujourd’hui la vidéo.

Une vidéo old school, onirique et un peu érotique sur les bords, qui nous rappelle cete belle époque où MTV était encore une chaîne musicale. Voici donc, pour le plaisir des yeux et des oreilles, “Flashbacks, Memories and Dreams”

Attention: NSFW…

“Well she dreamed of the silver screen,
but she’s just a scream,
but she’s all in bronze.
You say way better you than me,
but she’s hard to see when the lights come on.
She can dance with the shadow on,
like she’s all alone as the hours pass.
Should she stay for a night or so,
but she’s gotta go like a breath of life…”

 

[live report] Hanni El Khatib – Studio 104, La Plaine Saint-Denis – 25 février 2013

4 Mar

J’ai beau avoir des goûts assez éclectiques et être toujours avide de nouvelles expériences musicales, parfois je passe à côté de certains bons artistes que je finis par découvrir un jour ou l’autre. Ce fut le cas d’un américain du nom de Hanni El Khatib, dont j’étais passé à côté du premier album, et que j’ai eu le plaisir de découvrir en live l’année dernière sur la scène de la Cigale, comme tête d’affiche du festival Jalouse Rocks Paris avec Levi’s.

Et c’est habillé d’un beau Levi’s noir et d’une chemise en jean que je le retrouve huit mois plus tard, accompagné de ses trois amis et musiciens devant les caméras de l’Album de la Semaine au Studio 104, où il est venu nous présenter quelques titres de son nouvel album, “Head in the Dirt”.

Produit par Dan Auerbach, des Black Keys, ce deuxième album dont la sortie est fixée au 29 avril prochain contient du lourd en matière de rock. En effet, et j’avais déjà pu le constater devant le public de la Cigale, la voix et la guitare de Hanni el Khatib dégagent une énergie et une puissance extrêmement communicatives, avec un léger goût vintage, qui n’est pas pour me déplaire.

Hanni El Khatib - Head in the Dirt

Bien qu’un total de neuf titres aient été joués pour l’émission, dont sept des onze qui composent le nouvel album, certains sortent définitivement du lot. En particulier “Head in the Dirt”, qui donne son nom à l’album et qui se révèle être une excellente entrée en matière.

Remarquables aussi “Nobody Move”, pour le côté rock, et “Penny”, pour le côté accrocheur. Sympathique également de réécouter “Loved One” et surtout “Dead Wrong”, tous deux issus de “Will the Guns Come Out”, le premier album du californien, sorti en 2011.

Mais la vraie claque, pour laquelle j’ai du attendre jusqu’à la fin, est arrivée lors du “rappel” pendant lequel, effet Larsen oblige, on a eu le plaisir d’entendre une deuxième fois quatre titres, mais surtout de finir en beauté par un titre aussi court que puissant, l’excellent “Family”, premier single extrait du nouvel album.

En résumé, un concentré d’énergie et de rock comme on aime, et une belle occasion de découvrir des nouveaux morceaux dans un cadre intimiste pour laquelle même Emma de Caunes, en fan fidèle, aura fait le déplacement.

“Go walk away, go walk alone…”, “nobody move, nobody gets hurt…”, “my perfect little Penny…”, “F-A-M, I-L-Y, ’til the day we die…”, autant des paroles qui résonnent encore dans ma tête et qui hanteront sans doute mon cerveau pour quelques mois, en attendant de revoir Hanni el Khatib en live, cette fois-ci avec des bouchons pour les oreilles ceci dit.

Setlist:
Head in the Dirt
Nobody Move
Penny
Skinny Little Girl
Loved One
Pay No Mind
Dead Wrong
Save Me
Family

 

Car oui, c’est sur scène où l’essence même de la musique se trouve, et où le rock prend toute son ampleur. Voici pour preuve (comme s’il le fallait) “Fuck It. You Win”, interprété en clôture du set du californien à la Cigale le 5 juin dernier:

 

Et en bonus, puisque que je ne pouvais pas vous quitter sans vous le faire écouter, voici l’excellent “Family”, dont je vous laisserai le loisir d’aller découvrir la vidéo par vous-mêmes.

 

>> Diffusion de “L’Album de la Semaine” le samedi 27 avril 2013 à 11h40 sur Canal+.

[remix Sunday] LB – Superstitious Heart (2020Vision Vocal Mix)

3 Mar

Il serait facile de croire que LB n’est que l’acronyme de Little Boots, nom de scène Victoria Hesketh, mais en réalité derrière LB se cachent trois talents de la musique électronique anglaise, à savoir le producteur James Ford, la productrice Maya Jane Coles et, bien entendu, Victoria Hesketh.

Une sorte de super groupe pour une super collaboration électro-pop aérienne à destination des âmes superstitieuses, gracieusement survolée par la voix de Little Boots.

LB - Superstitious Heart

Et pour relever le tout, voici le 2020Vision vocal mix de “Superstitious Heart” par Ralph Lawson pour 2020Vision, plus dansant que l’original et à écouter les yeux fermés, casque sur les oreilles, comme un bon échauffement juste avant de partir en soirée, ou bien au retour, pour des beaux rêves assurés.

“Too many mirrors were broken,
too many memories locked within.
Too many doors were left open,
too many secrets under your skin…”

Et un conseil, restez attentifs au grand retour de Little Boots, d’ores et déjà programmé pour le mois de mai prochain avec “Nocturnes”, dans lequel on aura le plaisir de retrouver les excellents “Shake” et “Every Night I Say A Prayer”, ainsi que “Motorway”, morceau d’ouverture de l’album, disponible en téléchargement gratuit sur le site officiel de l’anglaise.

Un album qui ne manquera sans doute de nous faire danser jusqu’au bout de la nuit !

[remix Sunday] Mikky Ekko – Pull Me Down (Ryan Hemsworth remix)

11 Feb

Que l’on aime Rihanna ou non, il serait de mauvaise foi de discuter la qualité de ses deux derniers singles, sans doute les deux meilleures chansons de son dernier album, “Unapologetic”, sur lesquelles sa voix résonne à merveille. Les mauvaises langues ne manqueront pas de nous rappeler que ce n’est pas la barbadienne qui a écrit “Diamonds”, mais Sia Furler, de même que “Stay” a été écrite par John Stephen Sudduth, alias Mikky Ekko, avec qui elle interprète en duo la chanson, après qu’elle ait tenu à voir absolument figurer la chanson sur son album.

Mais si aujourd’hui j’évoque Mikky Ekko c’est pour vous présenter “Pull Me Down”, belle déclaration d’amour coécrite et coproduite par Clams Casino, remixée ici par le canadien Ryan Hemsworth à l’occasion de la sortie de l’EP du même nom.

Mikky Ekko - Pull Me Down

Des paroles simples, mais efficaces, une voix douce, mais touchante, et un remix efficace pour un talent à suivre, car on entendra sans doute parler de ce jeune chanteur et songwriter américain dans les mois à venir.

“Pull me down if you want to
and I hope that you want to
’cause I want to be your man,
and I wanna say it loud.
You can show me where trouble goes,
tell me secrets only trouble knows.
‘Cause you wanna be my girl,
and you wanna say it loud…”

 

[remix Sunday] Monarchy feat. Dita Von Teese – Disintegration (Mike Luck remix)

4 Feb

Je dois l’avouer, jamais je n’aurai assez des vidéos mettant en scène des jolies filles dans des situations étranges, sinistres, chaotiques, mystérieuses, perturbantes mais sensuelles.

Après Noomi Rapace chez les Rolling Stones il y a quelques jours, c’est au tour de Dita Von Teese de figurer dans un clip musical, celui du morceau “Disintegration” du duo anglais Monarchy, auquel elle prête également sa voix.

Monarchy feat. Dita Von Teese - Disintegration

Mais avant la vue j’ai décidé de stimuler d’abord vos oreilles avec le remix réalisé par le DJ et producteur néerlandais Mike Luck.

Avec un début (très) fortement inspiré du “Roadgame” du français Kavinsky cette relecture, plutôt cinématographique, met en avant la voix sensuelle de Dita Von Teese.

 

À écouter également l’autre remix du morceau par Mighty Mouse, une version un brin plus disco et dansante, mettant en avant cete fois les voix d’Andrew Armstrong et Ra Black.

Et pour finir voici, comme promis, la belle vidéo de “Disintegration” de Monarchy feat. Dita Von Teese, réalisée par Roy Raz.

Attention: NSFW…

“You and me,
hold your breath and count to three.
I want so much
to give you my everyhting.

Disintegration
Suffocation
My life is taken.
Annihilation”