Tag Archives: Mongrel

[on my iPod] Arctic Monkeys – R U Mine ?

19 Jun

Il est temps de voir si vous avez suivi un peu les derniers posts. Si je vous dis Sheffield, vous me dites?

> Reverend and the Makers, bien sûr

Si je vous dis “The Machine” vous me dites?

> Reverend and the Makers featuring. Alex Turner

Si je vous dis Alex Turner vous me dites?

> Arctic Monkeys !

Maintenant, si je vous dis “Whatever People Say I Am That’s What I’m Not” vous me dites?

> que c’est Chris McClure, petit frère de Jon McClure, leader des Reverend and the Makers qui se trouve sur la pochette.

Et moi je vous dis, bravo ! car en effet, ces deux groupes étant amis de longue date, il n’est pas rare de voir leurs univers se croiser de temps à autre.

On n’oublie pas, par exemple, que le (super) batteur des Artic Monkeys, Matt Helders, faisait partie de Mongrel, groupe et projet parallèle de Jon McClure.

Mais si on est là aujourd’hui, c’est pour vous parler du dernier single en date du groupe d’Alex Turner, sorti à l’occasion du Record Store Day (ou Disquaire Day, en VF), en avril dernier (oui, ce n’est pas tout récent, et alors?) dans un superbe vinyl couleur pourpre, désormais introuvable, à moins que vous ne soyez prêts à enchérir pour l’avoir !

Il s’agit de l’excellent (comme le sont souvent les faces B du groupe) “R U Mine”, petit bijou long de 3min20 dans lequel la basse excelle autant que la batterie, et la puissance de la guitare égale la perfection du chant.

Arctic Monkeys - R U Mine ?

L’énergie, la mélodie, la batterie et les choeurs de Matt Helders, les paroles et la voix d’Alex Turner, le riff de guitare et le break… cela ne fait aucun doute, c’est du bon rock comme on aime, un vrai 20/20.

Aussi bon dans sa version studio que sur scène, c’est avec la version live à Mexico, filmée au Palais des Sports de la mégalopole en mars dernier, qu’on vous laissera, histoire que vous puissiez en juger par vous mêmes:

” She’s a silver lining lone ranger riding

Through an open space

In my mind when she’s not right there beside me

I go crazy cause here isn’t where I wanna be

And satisfaction feels like a distant memory

And I can’t help myself for

all I wanna hear her say is “Are you mine?” “

[on my iPod] Reverend and the Makers – @Reverend_Makers

16 Jun

Après deux albums, “The State of Tings” (2007) et “A French Kiss in the Chaos” (2009) édités chez Wall of Sound, c’est sur leur nouveau label, Cooking Vinyl, les Reverend and the Makers reviennent avec “@Reverend_Makers”, dont le nom est à l’image de l’intense activité du leader du groupe sur les réseaux sociaux.

Originaires de la (musicalement) prolifique ville de Sheffield, en Angleterre, c’est suite à une absence de 3 ans que le groupe fait son come-back.

Mené par le “Reverend” Jon McClure, il se compose de Laura McClure, Ed Cosens, Joe Moskow et les récemment arrivés Ryan Jenkinson et Joe Carnall.

Et puisqu’il est temps de mettre un terme à 3 ans d’attente, c’est à 3 jours de la sortie de l’album que nous vous proposons de le découvrir avec nous en avant-première via le site du NME.

Prêts? Alors mettez votre casque sur les oreilles, cliquez ici et c’est parti !

 

Bassline (album version)  *****

excellent choix pour préparer le public au come-back du groupe, et pour ouvrir le disque. Parfait pour trouver le courage d’aller danser toute la nuit, et pour faire danser les foules, que ce soit en concert ou en discothèque, un vrai club banger, à consommer sans modération.

Out of the Shadows   *****

tout comme le début de la version longue de “18-30” (dont la version originale figure sur le premier album), bien qu’en plus subtil ici, la guitare rappelle immédiatement un morceau dont Jon confesait à l’époque être fan: “Too Young” de Phoenix. Certainement mon titre préféré de l’album, et qui a tout pour être sinon un single, un vrai live favourite.

Shine the Light    ****

un son plutôt “classique” pour le groupe, avec un petit air de Kasabian. Un de ces morceaux rassembleurs que l’on imagine bien accompagner une manifestation ou être joués dans un stade. Un single? probablement.

Depthcharge    ***

sans doute le morceau le plus éloigné de tous les autres, avec ce côté expérimental qui en fait une sorte de mini jam session, sans vrai début ni fin, et qui nous rappelle que Jon McClure c’est aussi des projets parallèles tels que Mongrel ou le Reverend Sound System (RSS).

Warts N All   ****

sur un air de reggae (auquel le morceau précédent nous avait préparé), c’est le “Open Your Window” de ce nouvel album, avec un guitare acoustique qui brille comme jamais.

Yes You Do   ***

morceau déjà connu des fans, puisque interprété en acoustique lors des traditionnels rappels dont seul Jon a le secret. A savoir pour la prochaine fois que vous verrez le groupe en live (ce qui est très rare à Paris, mais on les attend de pied ferme !) ne partez pas à la fin, suivez Jon où qu’il vous mène…

The Wrestler   ****

le deuxième titre officiellement dévoilé de cet album, sorte de cousin du grandiose “Heavyweight Champion of the Sound”, malgré les notes du début directement empruntées à “The Machine” (titre auquel a participé un tel Alex Turner, et qui figure sur “The State of Things”, premier album du groupe). Disponible en téléchargement gratuit par ici.

1 + 0    **

morceau sympathique à écouter, mais qui a un peu de mal à trouver une identité dans l’ensemble.

Noisy Neighbour   ***

plus rythmé que le précédent, mais également en dessous du reste.

What Goes Around  ***

dernier morceau de l’album, qui conclut avec un plaisant sentiment de déjà-vu, en nous laissant toutefois un peu sur notre faim.

@Reverend_Makers

En conclusion, un album qui nous fait penser à celui de leur début, et même s’il est loin d’être aussi parfait, il contient des très bons morceaux, calibrés pour la scène ou le dance floor. Après tout, ce qui compte à la fin c’est qu’on retrouve le savoir-faire et l’énergie du groupe, ainsi que le génie du Reverend lorsqu’il s’agit d’écrire et composer des paroles et des mélodies aussi intelligentes qu’acrocheuses.

On retrouve un groupe moins engagé que par le passé, mais plus détendu et prêt à faire la fête. Qu’on se le dise, Jon McClure et sa bande sont de retour et ils vont nous faire bouger !

Et on vous laisse avec la version radio de “Bassline”, le premier morceau de l’album, à télécharger gratuitement sur le profil Facebook du groupe :

 

Et pour ceux qui voudront se procurer la version deluxe de l’album, sachez que sur le 2ème disque figure une mixtape exclusive (également en écoute sur le site du NME) contenant des remixes et des collaborations avec des amis de longue date du groupe comme Matic Mouth, Richard Hawley, Carl Barat, Roots Manuva et le rappeur Kano, entre autres.

“I’m coming out of the shadows

I’m coming into the light.

I’m stepping out in the sunshine

’cause it’s the end of the night”